Par / le grand djibril ba

Je disais à Senia que ce que vous avez dénoncé en Gambie des centaines si non des milliers de personnes l’ont dénoncé. La haine, la rancœur, le ressentiment qu’est ce qui l’engendre ? C’est l’absence de justice et qui plus est les justiciables qui narguent leurs victimes et leurs ayant droit. Ce n’est donc pas chez les victimes qu’il faut les chercher les haineux mais du côté des bourreaux. Ce sont les haineux plutôt qui ont tué, qui ont massacré, qui ont déporté, qui ont spolié, qui ont souillé la république et le jour national. Ce que vous dénoncez c’est du factuel et nul ne saurait le démentir car les témoins oculaires sont encore vivants. Quand on a la vérité de son côté on ne s’énerve pas et on est au-dessus de ceux qui sont dans le déni et dans l’ensevelissement de ce qui ne saurait et ne pourrait l’être. On continue son devoir de citoyen avec détermination et conviction. En paraphrasant Un écrivain, je le suppose noir américain disait « Certains sont soumis à ce que leurs mémoires refusent et nul ne souhaite être plongé dans un torrent de ce que sa mémoire refuse. Et le passif humanitaire nous y plonge. Quant à nous à chaque 28 novembre la mémoire nous est rafraîchie et nous nous rappelons que nous avons vécu et vivons dans un pays où les puissants refusent de traiter à sa juste valeur nos maux les plus cruciaux. Voilà pourquoi ma chère sœur on s’acharne contre toi. Il faut se mobiliser et dire à ces gens là STOP

عن المدير الناشر سليمان عباس

شاهد أيضاً

LA CHAMBRE QUI A CONDAMNÉ LE JOURNALISTE LEBAT A REPORTÉ LE PROCÉS DU FRÉRE DE ZINE EL ABIDINE, ACCUSÉ DE CHEQUE SANS PROVISIONS,

LA CHAMBRE QUI A CONDAMNÉ LE JOURNALISTE LEBAT A REPORTÉ LE PROCÉS DU FRÉRE DE …

اترك رد

%d مدونون معجبون بهذه: